Recettes traditionnelles

La Chine nie avoir utilisé des piments du Chili comme armes en Indonésie

La Chine nie avoir utilisé des piments du Chili comme armes en Indonésie

Les médias indonésiens ont rapporté que des graines de chili contaminées avaient été plantées exprès

Wikimédia/Daniel Risacher

L'ambassade de Chine en Indonésie a démenti les rumeurs selon lesquelles des graines de piment malades auraient été plantées volontairement comme armes biologiques.

En réponse à l'arrestation d'un groupe de citoyens chinois accusés d'avoir planté des graines de piment malades en Indonésie, l'ambassade de Chine en Indonésie a publié cette semaine une déclaration niant que la Chine utilisait des graines de piment comme armes biologiques.

Selon Shanghaiist, quatre citoyens chinois avaient planté des graines de chili importées de Chine dans une ferme au sud de Jakarta, et ces graines étaient infectées par une bactérie qui aurait pu se propager à d'autres plantes et causer de mauvaises récoltes. Après la découverte de la maladie, les graines ont été brûlées et les plantes qui contenaient la bactérie ont été détruites, mais la nouvelle a rapidement frappé les réseaux sociaux.

Les gens ont commencé à théoriser que les graines étaient connues pour être infectées et qu'elles avaient été plantées délibérément dans le cadre d'un complot chinois visant à utiliser la maladie des plantes comme arme biologique pour ruiner les cultures indonésiennes et détruire l'économie du pays.

L'ambassade de Chine a publié une déclaration officielle niant les allégations et affirmant que la Chine n'utilisait en aucun cas des graines de chili infectées comme armes biologiques pour nuire à l'économie indonésienne.

"Nous espérons que les relations bilatérales et l'amitié entre les peuples chinois et indonésien ne seront pas affectées par cette affaire", a déclaré l'ambassade dans le communiqué.


Certains l'aiment chaud: Une ode aux poivrons épicés

Nous l'avons tous fait une fois : mettre un piment dans notre bouche, pour découvrir peu de temps après qu'il ne s'agissait pas d'un piment ordinaire, mais d'une variété particulièrement épicée qui donnait l'impression que nous pourrions ne pas survivre à l'expérience.

C'est probablement ce qui est arrivé à Wilbur Scoville, un pharmacien américain. En 1912, il a créé l'Échelle de Scoville éponyme, un outil que les gens utilisent depuis plus de 100 ans pour mesurer à quel point les piments sont épicés en fonction de leurs quantités de capsaïcine - l'ingrédient qui donne aux piments leur incroyable coup de fouet.

Désormais un ingrédient courant dans les aliments du Mexique à l'Inde et entre les deux, les piments épicés sont devenus une sorte d'obsession culte. « Le poivre épicé est un fil conducteur parmi les cuisines du monde entier. Du jalapeño relativement doux de la cuisine mexicaine aux piments thaïlandais super piquants, en passant par les grains de poivre du Sichuan engourdissant la bouche, le poivre est là, se manifeste simplement de différentes manières, reflétant les ingrédients et les styles locaux », explique Freya Bellin Levow, chroniqueuse culinaire. pour Psychiatre Frontière.

Hultquist cite les piments poblano parmi les plus populaires en cuisine. Pendant des siècles, ils ont été utilisés dans les plats de poivrons farcis. "Les poblanos ont très peu de chaleur, mais certaines personnes peuvent détecter le léger piquant qu'ils contiennent", explique Hultquist.

Ensuite, il y a le jalapeno, qu'il appelle "sans doute le piment épicé le plus populaire aux États-Unis".

Hultquist ajoute : « Vous les trouverez partout maintenant, servis farcis de fromage à la crème, enveloppés dans du bacon ou dans l'omniprésent jalapeno popper. Cependant, les jalapenos se retrouvent dans d'autres plats de restaurant, et ne sont plus relégués aux apéritifs typiques qui plaisent à la foule. C'est un signe des temps que des piments de plus en plus piquants font leur chemin dans les palais américains.

Cara Eisenpress, fondatrice de Big Girls, Small Kitchen, un blog de cuisine acclamé, et co-auteur de Dans la petite cuisine : 100 recettes de notre année de cuisine dans le monde réel, appelle les chipotles en conserve à la sauce adobo l'une de ses armes secrètes dans la cuisine. "Je les mets dans de la vinaigrette, du houmous et, bien sûr, du chili", ajoute-t-elle. "Ils confèrent une saveur fumée et légèrement mystérieuse qui a tendance à impressionner ceux pour qui je cuisine."

Un seul piment épicé a la capacité de changer la composition d'un plat entier. "Ce qui est surprenant - et délicieux - c'est que le bon chili peut transformer un repas d'inspiration mondiale en quelque chose d'authentique", note Eisenpress. "Ajouter un serrano au chana bateta fait maison donne instantanément au plat un goût indien. Les piments rouges frais donnent un vrai piquant au curry rouge thaïlandais.

Elle recommande d'ajouter des piments épicés à ce que vous cuisinez déjà. Par exemple, essayez d'ajouter un demi-poivron à la sauce tomate qui mijote pour un coup de fouet supplémentaire, ou ajoutez des tranches de chili dans votre sauté.

"Expérimentez avec le familier", conseille Eisenpress. "Si vous craignez de trop épicer les classiques du quotidien, retirez les graines pour atténuer la chaleur."

Le Dr Paul Rozin, professeur de psychologie à l'Université de Pennsylvanie, a étudié les effets des piments rouges pendant des années. "Il y a beaucoup de folklore sur les piments", dit-il. "La plupart, pour autant que je sache, est sans fondement, y compris l'affirmation selon laquelle ils sont antibactériens. C'est peut-être vrai. Ils augmentent la salivation, provoquent la transpiration dans la partie supérieure du corps et augmentent la sécrétion d'acide gastrique.

Il ajoute: "Pour la plupart, les gens les mangent parce qu'ils aiment la brûlure."

Hultquist parle des bienfaits des piments pour la santé, notant que le piment typique contient plus de vitamine C qu'une orange. "Un seul jalapeño a environ 10 pour cent de vos besoins quotidiens en vitamine C", a-t-il poursuivi. "Les piments sont connus pour aider à abaisser la tension artérielle, combattre l'inflammation, brûler les graisses, aider à perdre du poids et combattre le cancer. Ils peuvent même réchauffer vos pieds et améliorer votre vie amoureuse lorsqu'ils sont utilisés de manière créative."

La brûlure dont parle Rozin, combinée à la libération de capsaïcine, peut contribuer à la croyance que les piments épicés sont des aphrodisiaques, car ils ouvrent les terminaisons nerveuses et peuvent augmenter le rythme cardiaque.

Dans un monde où les gens s'efforcent toujours de faire les choses plus grandes et mieux, il n'est pas surprenant que beaucoup essaient de cultiver des piments de plus en plus forts. Alors qu'un piment jalapeno mesure environ 5 000 unités de chaleur Scoville (SHU), un habanero peut en moyenne environ 300 000 SHU.

Cela explique la croissance de ce que l'on a appelé les « superhots ».

« Habaneros a déjà dominé la balance du piment, mais après cela est venu le Bhut Jolokia, alias le Ghost Pepper. Le Bhut Jolokia a dépassé le million de SHU et a emmené le public dans une course passionnante qui ne fait que commencer », explique Hultquist.

Le record de 1 million de SHU a été battu par le Trinidad Scorpion Butch T, à près de 1,5 million de SHU, et le Trinidad Moruga Scorpion, à plus de 2 millions de SHU.

Hultquist ajoute : « La communauté du piment est en effervescence avec une seule question : jusqu'où pouvons-nous avoir plus chaud ?


Certains l'aiment chaud: Une ode aux poivrons épicés

Nous l'avons tous fait une fois : mettre un piment dans notre bouche, pour découvrir peu de temps après qu'il ne s'agissait pas d'un piment ordinaire, mais d'une variété particulièrement épicée qui donnait l'impression que nous pourrions ne pas survivre à l'expérience.

C'est probablement ce qui est arrivé à Wilbur Scoville, un pharmacien américain. En 1912, il a créé l'Échelle de Scoville éponyme, un outil que les gens utilisent depuis plus de 100 ans pour mesurer à quel point les piments sont épicés en fonction de leurs quantités de capsaïcine - l'ingrédient qui donne aux piments leur incroyable coup de fouet.

Désormais un ingrédient courant dans les aliments du Mexique à l'Inde et entre les deux, les piments épicés sont devenus une sorte d'obsession culte. « Le poivre épicé est un fil conducteur parmi les cuisines du monde entier. Du jalapeño relativement doux de la cuisine mexicaine aux piments thaïlandais super piquants, en passant par les grains de poivre du Sichuan engourdissant la bouche, le poivre est là, se manifeste simplement de différentes manières, reflétant les ingrédients et les styles locaux », explique Freya Bellin Levow, chroniqueuse culinaire. pour Psychiatre Frontière.

Hultquist cite les piments poblano parmi les plus populaires en cuisine. Pendant des siècles, ils ont été utilisés dans les plats de poivrons farcis. "Les poblanos ont très peu de chaleur, mais certaines personnes peuvent détecter le léger piquant qu'ils contiennent", explique Hultquist.

Ensuite, il y a le jalapeno, qu'il appelle "sans doute le piment épicé le plus populaire aux États-Unis".

Hultquist ajoute : « Vous les trouverez partout maintenant, servis farcis de fromage à la crème, enveloppés dans du bacon ou dans l'omniprésent jalapeno popper. Cependant, les jalapenos trouvent leur place dans d'autres plats de restaurant, et ne sont plus relégués aux apéritifs typiques qui plaisent à la foule. C'est un signe des temps que des piments de plus en plus piquants font leur chemin dans les palais américains.

Cara Eisenpress, fondatrice de Big Girls, Small Kitchen, un blog de cuisine acclamé, et co-auteur de Dans la petite cuisine : 100 recettes de notre année de cuisine dans le monde réel, appelle les chipotles en conserve à la sauce adobo l'une de ses armes secrètes dans la cuisine. "Je les mets dans de la vinaigrette, du houmous et, bien sûr, du chili", ajoute-t-elle. "Ils confèrent une saveur fumée et légèrement mystérieuse qui a tendance à impressionner ceux pour qui je cuisine."

Un seul piment épicé a la capacité de changer la composition d'un plat entier. "Ce qui est surprenant - et délicieux - c'est que le bon chili peut transformer un repas d'inspiration mondiale en quelque chose d'authentique", note Eisenpress. "Ajouter un serrano au chana bateta fait maison donne instantanément au plat un goût indien. Les piments rouges frais donnent un vrai piquant au curry rouge thaïlandais.

Elle recommande d'ajouter des piments épicés à ce que vous cuisinez déjà. Par exemple, essayez d'ajouter un demi-poivron à la sauce tomate qui mijote pour un coup de fouet supplémentaire, ou ajoutez des tranches de chili dans votre sauté.

"Expérimentez avec le familier", conseille Eisenpress. « Si vous craignez de trop épicer les classiques du quotidien, retirez les graines pour atténuer la chaleur. »

Le Dr Paul Rozin, professeur de psychologie à l'Université de Pennsylvanie, a étudié les effets des piments rouges pendant des années. "Il y a beaucoup de folklore sur les piments", dit-il. "La plupart, pour autant que je sache, est sans fondement, y compris l'affirmation selon laquelle ils sont antibactériens. C'est peut-être vrai. Ils augmentent la salivation, provoquent la transpiration dans la partie supérieure du corps et augmentent la sécrétion d'acide gastrique.

Il ajoute: "Pour la plupart, les gens les mangent parce qu'ils aiment la brûlure."

Hultquist parle des bienfaits des piments pour la santé, notant que le piment typique contient plus de vitamine C qu'une orange. "Un seul jalapeño a environ 10 pour cent de vos besoins quotidiens en vitamine C", a-t-il poursuivi. "Les piments sont connus pour aider à abaisser la tension artérielle, combattre l'inflammation, brûler les graisses, aider à perdre du poids et combattre le cancer. Ils peuvent même réchauffer vos pieds et améliorer votre vie amoureuse lorsqu'ils sont utilisés de manière créative."

La brûlure dont parle Rozin, combinée à la libération de capsaïcine, peut contribuer à la croyance que les piments épicés sont des aphrodisiaques, car ils ouvrent les terminaisons nerveuses et peuvent augmenter le rythme cardiaque.

Dans un monde où les gens s'efforcent toujours de faire les choses plus grandes et mieux, il n'est pas surprenant que beaucoup essaient de cultiver des piments de plus en plus forts. Alors qu'un piment jalapeno mesure environ 5 000 unités de chaleur Scoville (SHU), un habanero peut en moyenne environ 300 000 SHU.

Cela explique la croissance de ce que l'on a appelé les « superhots ».

« Habaneros a déjà dominé la balance du piment, mais après cela est venu le Bhut Jolokia, alias le Ghost Pepper. Le Bhut Jolokia a dépassé le million de SHU et a emmené le public dans une course passionnante qui ne fait que commencer », a déclaré Hultquist.

Le record de 1 million de SHU a été battu par le Trinidad Scorpion Butch T, à près de 1,5 million de SHU, et le Trinidad Moruga Scorpion, à plus de 2 millions de SHU.

Hultquist ajoute : « La communauté du piment est en effervescence avec une seule question : jusqu'où pouvons-nous avoir plus chaud ?


Certains l'aiment chaud: Une ode aux poivrons épicés

Nous l'avons tous fait une fois : mettre un piment dans notre bouche, pour découvrir peu de temps après qu'il ne s'agissait pas d'un piment ordinaire, mais d'une variété particulièrement épicée qui donnait l'impression que nous pourrions ne pas survivre à l'expérience.

C'est probablement ce qui est arrivé à Wilbur Scoville, un pharmacien américain. En 1912, il a créé l'Échelle de Scoville éponyme, un outil que les gens utilisent depuis plus de 100 ans pour mesurer à quel point les piments épicés sont basés sur leurs quantités de capsaïcine - l'ingrédient qui donne aux piments leur incroyable coup de fouet.

Désormais un ingrédient courant dans les aliments du Mexique à l'Inde et entre les deux, les piments épicés sont devenus une sorte d'obsession culte. « Le poivre épicé est un fil conducteur parmi les cuisines du monde entier. Du jalapeño relativement doux de la cuisine mexicaine aux piments thaïlandais super piquants, en passant par les grains de poivre du Sichuan engourdissant la bouche, le poivre est là, se manifeste simplement de différentes manières, reflétant les ingrédients et les styles locaux », explique Freya Bellin Levow, chroniqueuse culinaire. pour Psychiatre Frontière.

Hultquist cite les piments poblano parmi les plus populaires en cuisine. Pendant des siècles, ils ont été utilisés dans les plats de poivrons farcis. "Les poblanos ont très peu de chaleur, mais certaines personnes peuvent détecter le léger piquant qu'ils contiennent", explique Hultquist.

Ensuite, il y a le jalapeno, qu'il appelle "sans doute le piment épicé le plus populaire aux États-Unis".

Hultquist ajoute : « Vous les trouverez partout maintenant, servis farcis de fromage à la crème, enveloppés dans du bacon ou dans l'omniprésent jalapeno popper. Cependant, les jalapenos trouvent leur place dans d'autres plats de restaurant, et ne sont plus relégués aux apéritifs typiques qui plaisent à la foule. C'est un signe des temps que des piments de plus en plus piquants font leur chemin dans les palais américains.

Cara Eisenpress, fondatrice de Big Girls, Small Kitchen, un blog de cuisine acclamé, et co-auteur de Dans la petite cuisine : 100 recettes de notre année de cuisine dans le monde réel, appelle les chipotles en conserve à la sauce adobo l'une de ses armes secrètes dans la cuisine. "Je les mets dans de la vinaigrette, du houmous et, bien sûr, du chili", ajoute-t-elle. "Ils confèrent une saveur fumée et légèrement mystérieuse qui a tendance à impressionner ceux pour qui je cuisine."

Un seul piment épicé a la capacité de changer la composition d'un plat entier. "Ce qui est surprenant - et délicieux - c'est que le bon chili peut transformer un repas d'inspiration mondiale en quelque chose d'authentique", note Eisenpress. "Ajouter un serrano au chana bateta fait maison donne instantanément au plat un goût indien. Les piments rouges frais donnent un vrai piquant au curry rouge thaïlandais.

Elle recommande d'ajouter des piments épicés à ce que vous cuisinez déjà. Par exemple, essayez d'ajouter un demi-poivron à la sauce tomate qui mijote pour un coup de fouet supplémentaire, ou ajoutez des tranches de chili dans votre sauté.

"Expérimentez avec le familier", conseille Eisenpress. "Si vous craignez de trop épicer les classiques du quotidien, retirez les graines pour atténuer la chaleur."

Le Dr Paul Rozin, professeur de psychologie à l'Université de Pennsylvanie, a étudié les effets des piments rouges pendant des années. "Il y a beaucoup de folklore sur les piments", dit-il. "La plupart, pour autant que je sache, est sans fondement, y compris l'affirmation selon laquelle ils sont antibactériens. C'est peut-être vrai. Ils augmentent la salivation, provoquent la transpiration dans la partie supérieure du corps et augmentent la sécrétion d'acide gastrique.

Il ajoute: "Pour la plupart, les gens les mangent parce qu'ils aiment la brûlure."

Hultquist parle des bienfaits des piments pour la santé, notant que le piment typique contient plus de vitamine C qu'une orange. "Un seul jalapeño a environ 10 pour cent de vos besoins quotidiens en vitamine C", a-t-il poursuivi. "Les piments sont connus pour aider à abaisser la tension artérielle, combattre l'inflammation, brûler les graisses, aider à perdre du poids et combattre le cancer. Ils peuvent même réchauffer vos pieds et améliorer votre vie amoureuse lorsqu'ils sont utilisés de manière créative."

La brûlure dont parle Rozin, combinée à la libération de capsaïcine, peut contribuer à la croyance que les piments épicés sont des aphrodisiaques, car ils ouvrent les terminaisons nerveuses et peuvent augmenter le rythme cardiaque.

Dans un monde où les gens s'efforcent toujours de faire les choses plus grandes et mieux, il n'est pas surprenant que beaucoup essaient de cultiver des piments de plus en plus forts. Alors qu'un piment jalapeno mesure environ 5 000 unités de chaleur Scoville (SHU), un habanero peut en moyenne environ 300 000 SHU.

Cela explique la croissance de ce que l'on a appelé les « superhots ».

« Habaneros a déjà dominé la balance du piment, mais après cela est venu le Bhut Jolokia, alias le Ghost Pepper. Le Bhut Jolokia a dépassé le million de SHU et a emmené le public dans une course passionnante qui ne fait que commencer », a déclaré Hultquist.

Le record de 1 million de SHU a été battu par le Trinidad Scorpion Butch T, à près de 1,5 million de SHU, et le Trinidad Moruga Scorpion, à plus de 2 millions de SHU.

Hultquist ajoute: "La communauté du piment est en effervescence avec une question: combien plus chaud pouvons-nous obtenir?"


Certains l'aiment chaud: Une ode aux poivrons épicés

Nous l'avons tous fait une fois : mettre un piment dans notre bouche, pour découvrir peu de temps après qu'il ne s'agissait pas d'un piment ordinaire, mais d'une variété particulièrement épicée qui donnait l'impression que nous pourrions ne pas survivre à l'expérience.

C'est probablement ce qui est arrivé à Wilbur Scoville, un pharmacien américain. En 1912, il a créé l'Échelle de Scoville éponyme, un outil que les gens utilisent depuis plus de 100 ans pour mesurer à quel point les piments sont épicés en fonction de leurs quantités de capsaïcine - l'ingrédient qui donne aux piments leur incroyable coup de fouet.

Désormais un ingrédient courant dans les aliments du Mexique à l'Inde et entre les deux, les piments épicés sont devenus une sorte d'obsession culte. « Le poivre épicé est un fil conducteur parmi les cuisines du monde entier. Du jalapeño relativement doux de la cuisine mexicaine aux piments thaïlandais super piquants, en passant par les grains de poivre du Sichuan engourdissant la bouche, le poivre est là, se manifeste simplement de différentes manières, reflétant les ingrédients et les styles locaux », explique Freya Bellin Levow, chroniqueuse culinaire. pour Psychiatre Frontière.

Hultquist cite les piments poblano parmi les plus populaires en cuisine. Pendant des siècles, ils ont été utilisés dans les plats de poivrons farcis. "Les poblanos ont très peu de chaleur, mais certaines personnes peuvent détecter le léger piquant qu'ils contiennent", explique Hultquist.

Ensuite, il y a le jalapeno, qu'il appelle "sans doute le piment épicé le plus populaire aux États-Unis".

Hultquist ajoute : « Vous les trouverez partout maintenant, servis farcis de fromage à la crème, enveloppés dans du bacon ou dans l'omniprésent jalapeno popper. Cependant, les jalapenos trouvent leur place dans d'autres plats de restaurant, et ne sont plus relégués aux apéritifs typiques qui plaisent à la foule. C'est un signe des temps que des piments de plus en plus piquants font leur chemin dans les palais américains.

Cara Eisenpress, fondatrice de Big Girls, Small Kitchen, un blog de cuisine acclamé, et co-auteur de Dans la petite cuisine : 100 recettes de notre année de cuisine dans le monde réel, appelle les chipotles en conserve à la sauce adobo l'une de ses armes secrètes dans la cuisine. "Je les mets dans de la vinaigrette, du houmous et, bien sûr, du chili", ajoute-t-elle. "Ils confèrent une saveur fumée et légèrement mystérieuse qui a tendance à impressionner ceux pour qui je cuisine."

Un seul piment épicé a la capacité de changer la composition d'un plat entier. "Ce qui est surprenant - et délicieux - c'est que le bon chili peut transformer un repas d'inspiration mondiale en quelque chose d'authentique", note Eisenpress. "Ajouter un serrano au chana bateta fait maison donne instantanément au plat un goût indien. Les piments rouges frais donnent un vrai piquant au curry rouge thaïlandais.

Elle recommande d'ajouter des piments épicés à ce que vous cuisinez déjà. Par exemple, essayez d'ajouter un demi-poivron à la sauce tomate qui mijote pour un coup de fouet supplémentaire, ou ajoutez des tranches de chili dans votre sauté.

"Expérimentez avec le familier", conseille Eisenpress. « Si vous craignez de trop épicer les classiques du quotidien, retirez les graines pour atténuer la chaleur. »

Le Dr Paul Rozin, professeur de psychologie à l'Université de Pennsylvanie, a étudié les effets des piments rouges pendant des années. "Il y a beaucoup de folklore sur les piments", dit-il. "La plupart, pour autant que je sache, est sans fondement, y compris l'affirmation selon laquelle ils sont antibactériens. C'est peut-être vrai. Ils augmentent la salivation, provoquent la transpiration dans la partie supérieure du corps et augmentent la sécrétion d'acide gastrique.

Il ajoute: "Pour la plupart, les gens les mangent parce qu'ils aiment la brûlure."

Hultquist parle des bienfaits des piments pour la santé, notant que le piment typique contient plus de vitamine C qu'une orange. "Un seul jalapeño a environ 10 pour cent de vos besoins quotidiens en vitamine C", a-t-il poursuivi. "Les piments sont connus pour aider à abaisser la tension artérielle, combattre l'inflammation, brûler les graisses, aider à perdre du poids et combattre le cancer. Ils peuvent même réchauffer vos pieds et améliorer votre vie amoureuse lorsqu'ils sont utilisés de manière créative."

La brûlure dont parle Rozin, combinée à la libération de capsaïcine, peut contribuer à la croyance que les piments épicés sont des aphrodisiaques, car ils ouvrent les terminaisons nerveuses et peuvent augmenter le rythme cardiaque.

Dans un monde où les gens s'efforcent toujours de faire les choses plus grandes et mieux, il n'est pas surprenant que beaucoup essaient de cultiver des piments de plus en plus forts. Alors qu'un piment jalapeno mesure environ 5 000 unités de chaleur Scoville (SHU), un habanero peut en moyenne environ 300 000 SHU.

Cela explique la croissance de ce que l'on a appelé les « superhots ».

« Habaneros a déjà dominé la balance du piment, mais après cela est venu le Bhut Jolokia, alias le Ghost Pepper. Le Bhut Jolokia a dépassé le million de SHU et a emmené le public dans une course passionnante qui ne fait que commencer », explique Hultquist.

Le record de 1 million de SHU a été battu par le Trinidad Scorpion Butch T, à près de 1,5 million de SHU, et le Trinidad Moruga Scorpion, à plus de 2 millions de SHU.

Hultquist ajoute: "La communauté du piment est en effervescence avec une question: combien plus chaud pouvons-nous obtenir?"


Certains l'aiment chaud: Une ode aux poivrons épicés

Nous l'avons tous fait une fois : mettre un piment dans notre bouche, pour découvrir peu de temps après qu'il ne s'agissait pas d'un piment ordinaire, mais d'une variété particulièrement épicée qui donnait l'impression que nous pourrions ne pas survivre à l'expérience.

C'est probablement ce qui est arrivé à Wilbur Scoville, un pharmacien américain. En 1912, il a créé l'Échelle de Scoville éponyme, un outil que les gens utilisent depuis plus de 100 ans pour mesurer à quel point les piments épicés sont basés sur leurs quantités de capsaïcine - l'ingrédient qui donne aux piments leur incroyable coup de fouet.

Désormais un ingrédient courant dans les aliments du Mexique à l'Inde et entre les deux, les piments épicés sont devenus une sorte d'obsession culte. « Le poivre épicé est un fil conducteur parmi les cuisines du monde entier. Du jalapeño relativement doux de la cuisine mexicaine aux piments thaïlandais super piquants, en passant par les grains de poivre du Sichuan engourdissant la bouche, le poivre est là, se manifeste simplement de différentes manières, reflétant les ingrédients et les styles locaux », explique Freya Bellin Levow, chroniqueuse culinaire. pour Psychiatre Frontière.

Hultquist cite les piments poblano parmi les plus populaires en cuisine. Pendant des siècles, ils ont été utilisés dans les plats de poivrons farcis. "Les poblanos ont très peu de chaleur, mais certaines personnes peuvent détecter le léger piquant qu'ils contiennent", explique Hultquist.

Ensuite, il y a le jalapeno, qu'il appelle "sans doute le piment épicé le plus populaire aux États-Unis".

Hultquist ajoute : « Vous les trouverez partout maintenant, servis farcis de fromage à la crème, enveloppés dans du bacon ou dans l'omniprésent jalapeno popper. Cependant, les jalapenos trouvent leur place dans d'autres plats de restaurant, et ne sont plus relégués aux apéritifs typiques qui plaisent à la foule. C'est un signe des temps que des piments de plus en plus piquants font leur chemin dans les palais américains.

Cara Eisenpress, fondatrice de Big Girls, Small Kitchen, un blog de cuisine acclamé, et co-auteur de Dans la petite cuisine : 100 recettes de notre année de cuisine dans le monde réel, appelle les chipotles en conserve à la sauce adobo l'une de ses armes secrètes dans la cuisine. "Je les mets dans de la vinaigrette, du houmous et, bien sûr, du chili", ajoute-t-elle. "Ils confèrent une saveur fumée et légèrement mystérieuse qui a tendance à impressionner ceux pour qui je cuisine."

Un seul piment épicé a la capacité de changer la composition d'un plat entier. "Ce qui est surprenant - et délicieux - c'est que le bon chili peut transformer un repas d'inspiration mondiale en quelque chose d'authentique", note Eisenpress. "Ajouter un serrano au chana bateta fait maison donne instantanément au plat un goût indien. Les piments rouges frais donnent un vrai piquant au curry rouge thaïlandais.

Elle recommande d'ajouter des piments épicés à ce que vous cuisinez déjà. Par exemple, essayez d'ajouter un demi-poivron à une sauce tomate qui mijote pour un coup de fouet supplémentaire, ou ajoutez des tranches de chili dans votre sauté.

"Expérimentez avec le familier", conseille Eisenpress. "Si vous craignez de trop épicer les classiques du quotidien, retirez les graines pour atténuer la chaleur."

Le Dr Paul Rozin, professeur de psychologie à l'Université de Pennsylvanie, a étudié les effets des piments rouges pendant des années. "Il y a beaucoup de folklore sur les piments", dit-il. "La plupart, pour autant que je sache, est sans fondement, y compris l'affirmation selon laquelle ils sont antibactériens. C'est peut-être vrai. Ils augmentent la salivation, provoquent la transpiration dans la partie supérieure du corps et augmentent la sécrétion d'acide gastrique.

Il ajoute: "Pour la plupart, les gens les mangent parce qu'ils aiment la brûlure."

Hultquist parle des bienfaits des piments pour la santé, notant que le piment typique contient plus de vitamine C qu'une orange. "Un seul jalapeño a environ 10 pour cent de vos besoins quotidiens en vitamine C", a-t-il poursuivi. "Les piments sont connus pour aider à abaisser la tension artérielle, combattre l'inflammation, brûler les graisses, aider à perdre du poids et combattre le cancer. Ils peuvent même réchauffer vos pieds et améliorer votre vie amoureuse lorsqu'ils sont utilisés de manière créative."

La brûlure dont parle Rozin, combinée à la libération de capsaïcine, peut contribuer à la croyance que les piments épicés sont des aphrodisiaques, car ils ouvrent les terminaisons nerveuses et peuvent augmenter le rythme cardiaque.

Dans un monde où les gens s'efforcent toujours de faire les choses plus grandes et mieux, il n'est pas surprenant que beaucoup essaient de cultiver des piments de plus en plus forts. Alors qu'un piment jalapeno mesure environ 5 000 unités de chaleur Scoville (SHU), un habanero peut en moyenne environ 300 000 SHU.

Cela explique la croissance de ce que l'on a appelé les « superhots ».

« Habaneros a déjà dominé la balance du piment, mais après cela est venu le Bhut Jolokia, alias le Ghost Pepper. Le Bhut Jolokia a dépassé le million de SHU et a emmené le public dans une course passionnante qui ne fait que commencer », a déclaré Hultquist.

Le record de 1 million de SHU a été battu par le Trinidad Scorpion Butch T, à près de 1,5 million de SHU, et le Trinidad Moruga Scorpion, à plus de 2 millions de SHU.

Hultquist ajoute: "La communauté du piment est en effervescence avec une question: combien plus chaud pouvons-nous obtenir?"


Certains l'aiment chaud: Une ode aux poivrons épicés

Nous l'avons tous fait une fois : mettre un piment dans notre bouche, pour découvrir peu de temps après qu'il ne s'agissait pas d'un piment ordinaire, mais d'une variété particulièrement épicée qui donnait l'impression que nous pourrions ne pas survivre à l'expérience.

C'est probablement ce qui est arrivé à Wilbur Scoville, un pharmacien américain. En 1912, il a créé l'Échelle de Scoville éponyme, un outil que les gens utilisent depuis plus de 100 ans pour mesurer à quel point les piments épicés sont basés sur leurs quantités de capsaïcine - l'ingrédient qui donne aux piments leur incroyable coup de fouet.

Désormais un ingrédient courant dans les aliments du Mexique à l'Inde et entre les deux, les piments épicés sont devenus une sorte d'obsession culte. « Le poivre épicé est un fil conducteur parmi les cuisines du monde entier. Du jalapeño relativement doux de la cuisine mexicaine aux piments thaïlandais super piquants, en passant par les grains de poivre du Sichuan engourdissant la bouche, le poivre est là, se manifeste simplement de différentes manières, reflétant les ingrédients et les styles locaux », explique Freya Bellin Levow, chroniqueuse culinaire. pour Psychiatre frontière.

Hultquist cite les piments poblano parmi les plus populaires en cuisine. Pendant des siècles, ils ont été utilisés dans les plats de poivrons farcis. "Les poblanos ont très peu de chaleur, mais certaines personnes peuvent détecter le léger piquant qu'ils contiennent", explique Hultquist.

Ensuite, il y a le jalapeno, qu'il appelle "sans doute le piment épicé le plus populaire aux États-Unis".

Hultquist ajoute : « Vous les trouverez partout maintenant, servis farcis de fromage à la crème, enveloppés dans du bacon ou dans l'omniprésent jalapeno popper. Cependant, les jalapenos se retrouvent dans d'autres plats de restaurant, et ne sont plus relégués aux apéritifs typiques qui plaisent à la foule. C'est un signe des temps que des piments de plus en plus piquants font leur chemin dans les palais américains.

Cara Eisenpress, fondatrice de Big Girls, Small Kitchen, un blog de cuisine acclamé, et co-auteur de Dans la petite cuisine : 100 recettes de notre année de cuisine dans le monde réel, appelle les chipotles en conserve à la sauce adobo l'une de ses armes secrètes dans la cuisine. "Je les mets dans de la vinaigrette, du houmous et, bien sûr, du chili", ajoute-t-elle. "Ils confèrent une saveur fumée et légèrement mystérieuse qui a tendance à impressionner ceux pour qui je cuisine."

Un seul piment épicé a la capacité de changer la composition d'un plat entier. "Ce qui est surprenant - et délicieux - c'est que le bon chili peut transformer un repas d'inspiration mondiale en quelque chose d'authentique", note Eisenpress. "Ajouter un serrano au chana bateta fait maison donne instantanément au plat un goût indien. Les piments rouges frais donnent un vrai piquant au curry rouge thaïlandais.

Elle recommande d'ajouter des piments épicés à ce que vous cuisinez déjà. Par exemple, essayez d'ajouter un demi-poivron à une sauce tomate qui mijote pour un coup de fouet supplémentaire, ou ajoutez des tranches de chili dans votre sauté.

"Expérimentez avec le familier", conseille Eisenpress. "Si vous craignez de trop épicer les classiques du quotidien, retirez les graines pour atténuer la chaleur."

Le Dr Paul Rozin, professeur de psychologie à l'Université de Pennsylvanie, a étudié les effets des piments rouges pendant des années. "Il y a beaucoup de folklore sur les piments", dit-il. "La plupart, pour autant que je sache, est sans fondement, y compris l'affirmation selon laquelle ils sont antibactériens. C'est peut-être vrai. Ils augmentent la salivation, provoquent la transpiration dans la partie supérieure du corps et augmentent la sécrétion d'acide gastrique.

Il ajoute: "Pour la plupart, les gens les mangent parce qu'ils aiment la brûlure."

Hultquist parle des bienfaits des piments pour la santé, notant que le piment typique contient plus de vitamine C qu'une orange. "Un seul jalapeño a environ 10 pour cent de vos besoins quotidiens en vitamine C", a-t-il poursuivi. "Les piments sont connus pour aider à abaisser la tension artérielle, combattre l'inflammation, brûler les graisses, aider à perdre du poids et combattre le cancer. Ils peuvent même réchauffer vos pieds et améliorer votre vie amoureuse lorsqu'ils sont utilisés de manière créative."

La brûlure dont parle Rozin, combinée à la libération de capsaïcine, peut contribuer à la croyance que les piments épicés sont des aphrodisiaques, car ils ouvrent les terminaisons nerveuses et peuvent augmenter le rythme cardiaque.

Dans un monde où les gens s'efforcent toujours de faire les choses plus grandes et mieux, il n'est pas surprenant que beaucoup essaient de cultiver des piments de plus en plus forts. Alors qu'un piment jalapeno mesure environ 5 000 unités de chaleur Scoville (SHU), un habanero peut en moyenne environ 300 000 SHU.

Cela explique la croissance de ce que l'on a appelé les « superhots ».

“Habaneros once topped the chili pepper heat scales, but after that came the Bhut Jolokia, aka the Ghost Pepper. The Bhut Jolokia topped 1 million SHU and took the public for an exciting ride which has only begun,” says Hultquist.

The 1 million SHU record was shattered by the Trinidad Scorpion Butch T, at nearly 1.5 Million SHU, and the Trinidad Moruga Scorpion, at more than 2 Million SHU.

Hultquist adds, “The chili pepper community is abuzz with one question: How much hotter can we get?”


Some Like it Hot: An Ode to Spicy Peppers

We've all done it once: Popped a pepper into our mouth, only to discover soon after that it wasn't an ordinary pepper, but a particularly spicy variety that made it feel like we might not survive the experience.

This is likely what happened to Wilbur Scoville, an American pharmacist. In 1912, he created the eponymous Scoville Scale, a tool people have been using for more than 100 years to measure just how spicy peppers are based on their quantities of capsaicin — the ingredient that gives peppers their incredible kick.

Now a common ingredient in foods from Mexico to India and places in between, spicy peppers have become something of a cult obsession. “The spicy pepper is a common thread among cuisines from across the globe. From the relatively mild jalapeno in Mexican food, to super-hot Thai chilies, to mouth-numbing Szechuan peppercorns, the pepper is there, just manifested in different ways, reflective of local ingredients and styles,” explains Freya Bellin Levow, a food columnist for Frontier Psychiatrist.

Hultquist cites poblano peppers as some of the most popular in cooking. For centuries, they have been used in stuffed pepper dishes. “Poblanos have very little heat, but some people can detect the mild spiciness in them," Hultquist says.

Then there is the jalapeno, which he calls “arguably the most popular spicy pepper in the U.S.”

Hultquist adds, “You’ll find them all over now, served up stuffed with cream cheese, wrapped in bacon, or in the ubiquitous jalapeno popper. However, jalapenos are finding their way into other restaurant dishes, no longer relegated to typical appetizer crowd-pleasers. It's a sign of the times that hotter and hotter chili peppers are working their ways into American palates.”

Cara Eisenpress, founder of Big Girls, Small Kitchen, an acclaimed cooking blog, and the co-author of In the Small Kitchen: 100 Recipes from Our Year of Cooking in the Real World, calls canned chipotles in adobo sauce one of her secret weapons in the kitchen. "I toss them into salad dressing, hummus and, of course, chili," she adds. "They impart a smoky, slightly mysterious flavor that tends to impress whomever I'm cooking for.”

A single spicy pepper has the ability to change the composition of an entire dish. “What's surprising — and delightful — is that the right chile can transform a globally inspired meal into something authentic," Eisenpress notes. "Adding a serrano to homemade chana bateta instantly makes the dish taste Indian. Fresh red chiles give a Thai red curry real zing.”

She recommends adding spicy peppers into what you're already cooking. For instance, try adding a halved pepper to simmering tomato sauce for an extra kick, or toss chile slices into your stir-fry.

"Experiment with the familiar," Eisenpress advises. "If you're worried about over-spicing everyday classics, remove the seeds to subdue the heat."

Dr. Paul Rozin, a psychology professor at the University of Pennsylvania, has studied the effects of chili peppers for years. “There is a lot of folklore about chili peppers," he says. "Most of it, so far as I know, is unsubstantiated, including the claim that they are antibacterial. It may be true. They do increase salivation, cause sweating in the upper part of the body, and increase stomach acid secretion.”

He adds, “For the most part, people eat them because they like the burn.”

Hultquist talks up the health benefits of chili peppers, noting that the typical chili pepper has more vitamin C than an orange. "A single jalapeno has about 10 percent of your daily vitamin C needs," he continued. "Chili peppers are known to help lower blood pressure, fight inflammation, burn fat, help lose weight, and combat cancer. They can even warm your feet and improve your love life when used creatively.”

The burn Rozin speaks of, combined with the release of capsaicin, may contribute to the belief that spicy peppers are aphrodisiacs, because they open nerve endings and may increase heart rates.

In a world where people are always striving to do things bigger and better, it's no surprise that many are trying to cultivate hotter and hotter peppers. While a jalapeno pepper measures around 5,000 Scoville Heat Units (SHU), a habanero may average around 300,000 SHU.

This explains the growth of what has been termed the “superhots.”

“Habaneros once topped the chili pepper heat scales, but after that came the Bhut Jolokia, aka the Ghost Pepper. The Bhut Jolokia topped 1 million SHU and took the public for an exciting ride which has only begun,” says Hultquist.

The 1 million SHU record was shattered by the Trinidad Scorpion Butch T, at nearly 1.5 Million SHU, and the Trinidad Moruga Scorpion, at more than 2 Million SHU.

Hultquist adds, “The chili pepper community is abuzz with one question: How much hotter can we get?”


Some Like it Hot: An Ode to Spicy Peppers

We've all done it once: Popped a pepper into our mouth, only to discover soon after that it wasn't an ordinary pepper, but a particularly spicy variety that made it feel like we might not survive the experience.

This is likely what happened to Wilbur Scoville, an American pharmacist. In 1912, he created the eponymous Scoville Scale, a tool people have been using for more than 100 years to measure just how spicy peppers are based on their quantities of capsaicin — the ingredient that gives peppers their incredible kick.

Now a common ingredient in foods from Mexico to India and places in between, spicy peppers have become something of a cult obsession. “The spicy pepper is a common thread among cuisines from across the globe. From the relatively mild jalapeno in Mexican food, to super-hot Thai chilies, to mouth-numbing Szechuan peppercorns, the pepper is there, just manifested in different ways, reflective of local ingredients and styles,” explains Freya Bellin Levow, a food columnist for Frontier Psychiatrist.

Hultquist cites poblano peppers as some of the most popular in cooking. For centuries, they have been used in stuffed pepper dishes. “Poblanos have very little heat, but some people can detect the mild spiciness in them," Hultquist says.

Then there is the jalapeno, which he calls “arguably the most popular spicy pepper in the U.S.”

Hultquist adds, “You’ll find them all over now, served up stuffed with cream cheese, wrapped in bacon, or in the ubiquitous jalapeno popper. However, jalapenos are finding their way into other restaurant dishes, no longer relegated to typical appetizer crowd-pleasers. It's a sign of the times that hotter and hotter chili peppers are working their ways into American palates.”

Cara Eisenpress, founder of Big Girls, Small Kitchen, an acclaimed cooking blog, and the co-author of In the Small Kitchen: 100 Recipes from Our Year of Cooking in the Real World, calls canned chipotles in adobo sauce one of her secret weapons in the kitchen. "I toss them into salad dressing, hummus and, of course, chili," she adds. "They impart a smoky, slightly mysterious flavor that tends to impress whomever I'm cooking for.”

A single spicy pepper has the ability to change the composition of an entire dish. “What's surprising — and delightful — is that the right chile can transform a globally inspired meal into something authentic," Eisenpress notes. "Adding a serrano to homemade chana bateta instantly makes the dish taste Indian. Fresh red chiles give a Thai red curry real zing.”

She recommends adding spicy peppers into what you're already cooking. For instance, try adding a halved pepper to simmering tomato sauce for an extra kick, or toss chile slices into your stir-fry.

"Experiment with the familiar," Eisenpress advises. "If you're worried about over-spicing everyday classics, remove the seeds to subdue the heat."

Dr. Paul Rozin, a psychology professor at the University of Pennsylvania, has studied the effects of chili peppers for years. “There is a lot of folklore about chili peppers," he says. "Most of it, so far as I know, is unsubstantiated, including the claim that they are antibacterial. It may be true. They do increase salivation, cause sweating in the upper part of the body, and increase stomach acid secretion.”

He adds, “For the most part, people eat them because they like the burn.”

Hultquist talks up the health benefits of chili peppers, noting that the typical chili pepper has more vitamin C than an orange. "A single jalapeno has about 10 percent of your daily vitamin C needs," he continued. "Chili peppers are known to help lower blood pressure, fight inflammation, burn fat, help lose weight, and combat cancer. They can even warm your feet and improve your love life when used creatively.”

The burn Rozin speaks of, combined with the release of capsaicin, may contribute to the belief that spicy peppers are aphrodisiacs, because they open nerve endings and may increase heart rates.

In a world where people are always striving to do things bigger and better, it's no surprise that many are trying to cultivate hotter and hotter peppers. While a jalapeno pepper measures around 5,000 Scoville Heat Units (SHU), a habanero may average around 300,000 SHU.

This explains the growth of what has been termed the “superhots.”

“Habaneros once topped the chili pepper heat scales, but after that came the Bhut Jolokia, aka the Ghost Pepper. The Bhut Jolokia topped 1 million SHU and took the public for an exciting ride which has only begun,” says Hultquist.

The 1 million SHU record was shattered by the Trinidad Scorpion Butch T, at nearly 1.5 Million SHU, and the Trinidad Moruga Scorpion, at more than 2 Million SHU.

Hultquist adds, “The chili pepper community is abuzz with one question: How much hotter can we get?”


Some Like it Hot: An Ode to Spicy Peppers

We've all done it once: Popped a pepper into our mouth, only to discover soon after that it wasn't an ordinary pepper, but a particularly spicy variety that made it feel like we might not survive the experience.

This is likely what happened to Wilbur Scoville, an American pharmacist. In 1912, he created the eponymous Scoville Scale, a tool people have been using for more than 100 years to measure just how spicy peppers are based on their quantities of capsaicin — the ingredient that gives peppers their incredible kick.

Now a common ingredient in foods from Mexico to India and places in between, spicy peppers have become something of a cult obsession. “The spicy pepper is a common thread among cuisines from across the globe. From the relatively mild jalapeno in Mexican food, to super-hot Thai chilies, to mouth-numbing Szechuan peppercorns, the pepper is there, just manifested in different ways, reflective of local ingredients and styles,” explains Freya Bellin Levow, a food columnist for Frontier Psychiatrist.

Hultquist cites poblano peppers as some of the most popular in cooking. For centuries, they have been used in stuffed pepper dishes. “Poblanos have very little heat, but some people can detect the mild spiciness in them," Hultquist says.

Then there is the jalapeno, which he calls “arguably the most popular spicy pepper in the U.S.”

Hultquist adds, “You’ll find them all over now, served up stuffed with cream cheese, wrapped in bacon, or in the ubiquitous jalapeno popper. However, jalapenos are finding their way into other restaurant dishes, no longer relegated to typical appetizer crowd-pleasers. It's a sign of the times that hotter and hotter chili peppers are working their ways into American palates.”

Cara Eisenpress, founder of Big Girls, Small Kitchen, an acclaimed cooking blog, and the co-author of In the Small Kitchen: 100 Recipes from Our Year of Cooking in the Real World, calls canned chipotles in adobo sauce one of her secret weapons in the kitchen. "I toss them into salad dressing, hummus and, of course, chili," she adds. "They impart a smoky, slightly mysterious flavor that tends to impress whomever I'm cooking for.”

A single spicy pepper has the ability to change the composition of an entire dish. “What's surprising — and delightful — is that the right chile can transform a globally inspired meal into something authentic," Eisenpress notes. "Adding a serrano to homemade chana bateta instantly makes the dish taste Indian. Fresh red chiles give a Thai red curry real zing.”

She recommends adding spicy peppers into what you're already cooking. For instance, try adding a halved pepper to simmering tomato sauce for an extra kick, or toss chile slices into your stir-fry.

"Experiment with the familiar," Eisenpress advises. "If you're worried about over-spicing everyday classics, remove the seeds to subdue the heat."

Dr. Paul Rozin, a psychology professor at the University of Pennsylvania, has studied the effects of chili peppers for years. “There is a lot of folklore about chili peppers," he says. "Most of it, so far as I know, is unsubstantiated, including the claim that they are antibacterial. It may be true. They do increase salivation, cause sweating in the upper part of the body, and increase stomach acid secretion.”

He adds, “For the most part, people eat them because they like the burn.”

Hultquist talks up the health benefits of chili peppers, noting that the typical chili pepper has more vitamin C than an orange. "A single jalapeno has about 10 percent of your daily vitamin C needs," he continued. "Chili peppers are known to help lower blood pressure, fight inflammation, burn fat, help lose weight, and combat cancer. They can even warm your feet and improve your love life when used creatively.”

The burn Rozin speaks of, combined with the release of capsaicin, may contribute to the belief that spicy peppers are aphrodisiacs, because they open nerve endings and may increase heart rates.

In a world where people are always striving to do things bigger and better, it's no surprise that many are trying to cultivate hotter and hotter peppers. While a jalapeno pepper measures around 5,000 Scoville Heat Units (SHU), a habanero may average around 300,000 SHU.

This explains the growth of what has been termed the “superhots.”

“Habaneros once topped the chili pepper heat scales, but after that came the Bhut Jolokia, aka the Ghost Pepper. The Bhut Jolokia topped 1 million SHU and took the public for an exciting ride which has only begun,” says Hultquist.

The 1 million SHU record was shattered by the Trinidad Scorpion Butch T, at nearly 1.5 Million SHU, and the Trinidad Moruga Scorpion, at more than 2 Million SHU.

Hultquist adds, “The chili pepper community is abuzz with one question: How much hotter can we get?”


Some Like it Hot: An Ode to Spicy Peppers

We've all done it once: Popped a pepper into our mouth, only to discover soon after that it wasn't an ordinary pepper, but a particularly spicy variety that made it feel like we might not survive the experience.

This is likely what happened to Wilbur Scoville, an American pharmacist. In 1912, he created the eponymous Scoville Scale, a tool people have been using for more than 100 years to measure just how spicy peppers are based on their quantities of capsaicin — the ingredient that gives peppers their incredible kick.

Now a common ingredient in foods from Mexico to India and places in between, spicy peppers have become something of a cult obsession. “The spicy pepper is a common thread among cuisines from across the globe. From the relatively mild jalapeno in Mexican food, to super-hot Thai chilies, to mouth-numbing Szechuan peppercorns, the pepper is there, just manifested in different ways, reflective of local ingredients and styles,” explains Freya Bellin Levow, a food columnist for Frontier Psychiatrist.

Hultquist cites poblano peppers as some of the most popular in cooking. For centuries, they have been used in stuffed pepper dishes. “Poblanos have very little heat, but some people can detect the mild spiciness in them," Hultquist says.

Then there is the jalapeno, which he calls “arguably the most popular spicy pepper in the U.S.”

Hultquist adds, “You’ll find them all over now, served up stuffed with cream cheese, wrapped in bacon, or in the ubiquitous jalapeno popper. However, jalapenos are finding their way into other restaurant dishes, no longer relegated to typical appetizer crowd-pleasers. It's a sign of the times that hotter and hotter chili peppers are working their ways into American palates.”

Cara Eisenpress, founder of Big Girls, Small Kitchen, an acclaimed cooking blog, and the co-author of In the Small Kitchen: 100 Recipes from Our Year of Cooking in the Real World, calls canned chipotles in adobo sauce one of her secret weapons in the kitchen. "I toss them into salad dressing, hummus and, of course, chili," she adds. "They impart a smoky, slightly mysterious flavor that tends to impress whomever I'm cooking for.”

A single spicy pepper has the ability to change the composition of an entire dish. “What's surprising — and delightful — is that the right chile can transform a globally inspired meal into something authentic," Eisenpress notes. "Adding a serrano to homemade chana bateta instantly makes the dish taste Indian. Fresh red chiles give a Thai red curry real zing.”

She recommends adding spicy peppers into what you're already cooking. For instance, try adding a halved pepper to simmering tomato sauce for an extra kick, or toss chile slices into your stir-fry.

"Experiment with the familiar," Eisenpress advises. "If you're worried about over-spicing everyday classics, remove the seeds to subdue the heat."

Dr. Paul Rozin, a psychology professor at the University of Pennsylvania, has studied the effects of chili peppers for years. “There is a lot of folklore about chili peppers," he says. "Most of it, so far as I know, is unsubstantiated, including the claim that they are antibacterial. It may be true. They do increase salivation, cause sweating in the upper part of the body, and increase stomach acid secretion.”

He adds, “For the most part, people eat them because they like the burn.”

Hultquist talks up the health benefits of chili peppers, noting that the typical chili pepper has more vitamin C than an orange. "A single jalapeno has about 10 percent of your daily vitamin C needs," he continued. "Chili peppers are known to help lower blood pressure, fight inflammation, burn fat, help lose weight, and combat cancer. They can even warm your feet and improve your love life when used creatively.”

The burn Rozin speaks of, combined with the release of capsaicin, may contribute to the belief that spicy peppers are aphrodisiacs, because they open nerve endings and may increase heart rates.

In a world where people are always striving to do things bigger and better, it's no surprise that many are trying to cultivate hotter and hotter peppers. While a jalapeno pepper measures around 5,000 Scoville Heat Units (SHU), a habanero may average around 300,000 SHU.

This explains the growth of what has been termed the “superhots.”

“Habaneros once topped the chili pepper heat scales, but after that came the Bhut Jolokia, aka the Ghost Pepper. The Bhut Jolokia topped 1 million SHU and took the public for an exciting ride which has only begun,” says Hultquist.

The 1 million SHU record was shattered by the Trinidad Scorpion Butch T, at nearly 1.5 Million SHU, and the Trinidad Moruga Scorpion, at more than 2 Million SHU.

Hultquist adds, “The chili pepper community is abuzz with one question: How much hotter can we get?”


Voir la vidéo: VOICI POURQUOI PERSONNE NE PEUT BATTRE LES MOINES SHAOLIN.. VOUS SEREZ CHOQUÉS! (Janvier 2022).