Recettes traditionnelles

Que mangent-ils sur l'Everest ?

Que mangent-ils sur l'Everest ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Vous êtes donc à 6 400 mètres et dans quelques semaines, vous ferez votre ascension jusqu'au sommet de la plus haute montagne du monde, l'Everest, et vous avez un petit creux, alors que mangez-vous ? Vous avez un sac plein de plats déshydratés, de ragoûts et de currys, mais vous devez garder le poids car l'altitude brûle des calories. Eh bien, notre ami Daniel Hughes a compilé une série de blogs vidéo expliquant comment, avec l'aide des Sherpas locaux, il parvient à obtenir les 6 000 calories nécessaires dans son système.

Daniel gravit la montagne pour collecter 1 million de livres sterling pour le Red Nose Day et atteindra le sommet vers le 14 mai. Pour le parrainer 1 £ ou plus, rendez-vous sur www.everestmillion.com pour plus d'informations.

Dans le premier de ses journaux alimentaires vidéo, il le regarde préparer des crêpes avec une sauce au chocolat ; maintenant, Daniel brûle toutes ces calories, rappelez-vous, ce n'est pas un régime que vous devriez suivre au niveau de la mer !

Le pilote professionnel Daniel, 31 ans, a déclaré : « C'est vraiment difficile de garder le poids ici, mais ça va car j'aime manger et j'ai la dent sucrée.

"Mais finalement ce n'est pas à propos de moi, j'ai vraiment besoin de votre aide aussi. Un million de livres est un objectif très important et j'ai besoin de toute l'aide possible pour y parvenir. J'aimerais travailler avec vous, pour parler au monde de cette campagne. Qu'il s'agisse de faire passer le mot sur les réseaux sociaux, d'en parler à vos amis ou de se joindre à moi lors de certains de mes événements, votre soutien fera vraiment une différence… cela me fera également grand sourire ! Ce n'est pas seulement ma grande chance, mais, espérons-le, notre grande chance de faire quelque chose d'incroyable pour aider les autres… nous avons besoin d'un million de personnes pour donner seulement 1 £ chacune.

Alors regardez la vidéo de Daniel et faites un don -

Bonne chance de nous tous ici sur notre site et restez en sécurité!


Que mangent-ils sur l'Everest ? - Recettes

Pourriel. Pourriel. Pourriel! Vous le verrez se transformer en une étrange teinte rosâtre sur votre assiette en étain congelé, le poser et perdre une autre livre cette semaine.

Le contraire de tout ce que votre médecin vous a dit est en revanche la bonne nouvelle du régime Everest ! Apportez toutes les friandises grasses, l'important est que vous les aimiez vraiment. N'essayez pas en apportant des aliments inconnus de la maison.

La compote de canneberges marocaine pourrait avoir un goût gonflé lors d'un dîner entre amis, sur l'Everest, mais vous avez tendance à éviter les sensations gustatives nouvelles et éclectiques.

Mangez beaucoup de légumes locaux (oignons, choux, carottes). Essayez vraiment de finir les fruits en conserve réchauffés que votre BC-cook vous proposera. Sa teneur en fibres solubles est extrêmement efficace contre les hémorroïdes et la constipation. L'ail est excellent pour l'adaptation à l'altitude. Il fluidifie le sang. Les sherpas en mangent constamment et vous aussi. L'odeur? HAHA. Tu es sur l'Everest, mon pote. L'odeur d'ail sera l'une des plus agréables à priser que vous rencontrerez.

Salami dur, fromage fondu, beurre de cacahuète, confiture, jambon en conserve, certains plats en conserve, collations, bonbons et chocolat - rêvez tout et apportez-le.

Vérifiez les dates de péremption des tartes sucrées prêtes à l'emploi et autres gâteaux et desserts. Beaucoup durent étonnamment bien et sont d'excellents packs de calories (oubliez les gras trans pour cette occasion seulement).

Pour les camps d'altitude, des tasses à soupe, des soupes instantanées, des tortellini au fromage et à l'ampham séchés (un succès), plus de chocolat, du massepain, de la poudre de chocolat chaud, du lait en poudre peut-être, du café et du thé. Céréales et flocons d'avoine pour le petit déjeuner. Les repas en poudre de randonnée ne sont pas obligatoires - essayez plutôt des aliments "réels" instantanés (ragoûts de riz/pâtes, repas macaroni-fromage, soupes "réelles" nécessitant quelques minutes supplémentaires pour cuire). Si vous ne l'aimez pas à la maison, vous ne l'aimerez pas mieux à la montagne. Facilitez-vous la tâche autant que possible en apportant des aliments que vous appréciez réellement.

Dans les montées : Barres chocolatées, noix, crackers. Bars sportifs et gelée sportive. Les sherpas mangent des œufs durs en grimpant. Apportez-les aussi - enveloppés de sel dans un sac en plastique - avec un morceau de salami, du fromage et du pain.

Plus vous mangez de nourriture « réelle » en altitude, mieux vous serez performant. Anatolij Buchreew avait des carottes crues. Le thon, le saumon et les sardines en conserve occasionnels seront un régal. Fromage en tube. Boissons énergétiques en poudre.

Apportez-vous à manger. La perte de poids extrême est un fait sur l'Everest - le simple fait d'exister à cette altitude accélère votre taux de métabolisme de 10 %. En règle générale, nous perdons environ 10 à 20 lb (5 à 10 kg), même si nous nous bourrons vraiment


Jus de citron et fruits en conserve

Extrait de l'autobiographie de Tenzing L'Homme de l'Everest

Nous avons commencé à monter le camp le plus haut jamais créé. Et cela nous a pris presque jusqu'à ce qu'il fasse nuit. Nous avons d'abord coupé la glace pour essayer de rendre notre lieu de couchage un peu plus plat. Ensuite, nous avons lutté avec des cordes et des toiles gelées et avons attaché les cordes autour des bouteilles d'oxygène pour les maintenir en place. Tout a pris cinq fois et aussi longtemps que cela aurait été le cas dans un endroit où il y avait suffisamment d'air pour respirer, mais enfin nous avons monté la tente et quand nous avons rampé dedans, ce n'était pas trop mal. Il n'y avait qu'un vent léger, et à l'intérieur il ne faisait pas trop froid pour enlever nos gants. Hillary a vérifié les ensembles d'oxygène, tandis que J'ai allumé notre petit réchaud et fait du café chaud et du jus de citron. Notre soif était terrible, et nous les avons bu comme deux chameaux. Plus tard, nous avons eu quelques soupe, sardines, biscuits et conserves de fruits, mais les fruits étaient tellement congelés que nous avons d'abord dû les décongeler sur le poêle.

le 29 mai. Le 29 Lambert et moi étions descendus en défaite du col au mcm. Bas-bas-bas. Vers trois heures et demie du matin, nous commençâmes à remuer. J'ai allumé le poêle et fait bouillir de la neige pour du jus de citron et du café, et nous avons mangé un peu de la nourriture qui restait de la veille.

Je n'ai pas le compte High Adventure d'Hillary sous la main, mais je me souviens qu'il y avait beaucoup de boissons au citron et de fruits en conserve mentionnés. La boisson au citron était une sorte de mélange en poudre qui contenait également du sucre. Les deux hommes parlent d'une soif constante à haute altitude et de la qualité de la boisson au citron.

Là-haut, on n'a jamais d'appétit - en effet, il faut se forcer à manger - mais à cause de la faible sécheresse de l'air, il y a souvent une soif terrible. Pour cela, d'après mon expérience, il est très mauvais de manger de la neige ou de boire de l'eau de neige froide, car cela ne fait que rendre la gorge plus sèche et souvent douloureuse. Le thé, le café ou la soupe sont tous bien meilleurs. Et, le meilleur de tous, lors de cette ascension de 1953, était le jus de citron en poudre que nous avons mélangé avec du sucre et de l'eau tiède. Sur la plus haute montagne, nous en avons tellement bu que j'ai commencé à nous appeler « l'expédition du jus de citron ».

Tenzing parle de la descente et du dépassement du sommet sud

Vers deux heures, nous atteignîmes la haute tente, où nous nous arrêtâmes et nous reposâmes à nouveau, et je fait chauffer du jus de citron sucré sur la cuisinière. C'était la première fois que nous buvions depuis des heures, et c'était comme si une nouvelle vie se déversait dans nos corps.


Tout ce qui provient des machines McCafe

Un employé de McDonald's sur Reddit entre dans les moindres détails lorsqu'il s'agit d'expliquer pourquoi ils refusent de boire toute boisson qui sort de la machine McCafe. Ils disent qu'il est incroyablement difficile de nettoyer complètement, et que d'après leur expérience, c'est l'une des machines qui est régulièrement négligée. Ils décrivent l'intérieur comme étant recouvert de pouces de crasse et prétendent l'avoir vu à plusieurs endroits.

C'est un cas où cela dépend vraiment du personnel de chaque emplacement, et plusieurs autres employés interviennent pour dire que leur magasin nettoie leur machine McCafe tous les soirs. Ils disent qu'il faut 30 à 45 minutes pour nettoyer correctement la machine, il est donc facile de voir comment cela pourrait ne pas être fait régulièrement à un endroit où le personnel n'est pas très attentif à la propreté ou n'est pas formé aux procédures appropriées. Certains employés savent qu'ils ne prennent pas de risque.


David Sharp

Comme Francys et Sergei, David Sharp gravissait le mont Everest sans équipe de soutien et sans l'aide d'oxygène en bouteille. On pensait qu'il avait atteint le sommet le 14 mai 2006, mais en descendant, fatigué et confus, il s'est arrêté et s'est assis dans ce qui, depuis 1996, est connu sous le nom de « grotte des bottes vertes ».

On estime qu'environ 40 alpinistes de plusieurs expéditions ont dépassé Sharp lors de leur ascension de la montagne le 15. Le groupe d'escalade Kiwi double amputé Mark Inglis’ s'est arrêté et s'est rendu compte que Sharp était en difficulté. Pourtant, aucune tentative significative n'a été faite pour le secourir jusqu'à ce que les alpinistes le croisent à nouveau en descendant environ neuf heures plus tard.

"Ils ne se soucient pas de qui que ce soit d'autre."

À ce stade, Sharp était au-delà de toute aide et il mourut gelé dans la position dans laquelle il s'était assis, les bras blottis autour de ses genoux.

David Sharp dans des temps plus heureux

Inglis et les autres alpinistes ont maintenu qu'ils pensaient que Sharp était au-delà de l'aide sur le chemin, ce qui a peut-être été vrai, mais la controverse entoure l'incident. Sir Edmund Hillary lui-même a critiqué son compatriote kiwi, déclarant au New Zealand Herald : « Si vous avez quelqu'un qui a grand besoin et que vous êtes toujours fort et énergique, alors vous avez vraiment le devoir de donner tout ce que vous pouvez pour obtenir le l'homme vers le bas et arriver au sommet devient très secondaire.

Il a ajouté: "Je pense que toute l'attitude envers l'ascension du mont Everest est devenue plutôt horrible. Les gens veulent juste atteindre le sommet.

"Ils s'en foutent de quiconque pourrait être en détresse et cela ne m'impressionne pas du tout qu'ils laissent mourir quelqu'un allongé sous un rocher."


Ce que les personnes les plus âgées du monde mangent (et boivent) chaque jour

Quand nous sommes coincés dans un ascenseur branlant, ou dans un avion qui atterrit dans des turbulences, ou dans un taxi conduit par un rejet de Nascar, nous ne pensons jamais à nous-mêmes - eh bien, si c'est ça, je suis tellement content d'avoir mangé tous ces salades. Parce qu'à un moment donné dans l'ordre des choses, une vie bien vécue est mesurée par les choses qui nous ont rendus heureux. Cet avis médical est-il terrible s'il est pris au pied de la lettre ? Absolument!

Mais dans cet esprit, regardons les personnes les plus âgées du monde, qui, lorsqu'elles sont interrogées, ont toujours des habitudes alimentaires et de consommation assez particulières et surprenantes. Prenez ceci comme inspiration:

Emma Morano, 116 ans, à Verbania, Italie du Nord, 2016.

OLIVIER MORIN/AFP/Getty Images

Emma Morano, la personne la plus âgée du monde (qui a eu 117 ans cette semaine, joyeux anniversaire, Emma !)

Depuis que Morano est adolescente en Italie, elle mange trois œufs crus par jour, maintenant ce n'est plus que deux. Elle aime aussi les bananes, les boudoirs et le cognac. « Mais je ne mange pas beaucoup parce que je n'ai pas de dents », a-t-elle déclaré. Son autre explication pour une longue vie que je vais juste jeter là : elle est célibataire.

Yisrael Kristal, 112 ans, à son domicile de la ville israélienne de Haïfa en janvier 2016.

HULA KOPERSHTOUK/AFP/Getty Images

Yisrael Kristal, l'homme le plus âgé du monde, 113 ans

Kristal, qui était le seul membre de sa famille à avoir survécu à l'Holocauste, possédait un magasin de bonbons en Pologne avant la guerre et en a rouvert un après. Sa fille attribue sa longévité à son amour pour Dieu, à une vie simple et à être « quelqu'un qui prend le bonheur en tout ». Elle a également dit au New York Times qu'il mange pour vivre plutôt que vit pour manger. Cela dit, il a mariné du hareng tous les jours et, dans sa jeunesse, a bu du vin et de la bière.

Susannah Mushatt Jones à l'occasion de son 113e anniversaire à Brooklyn.

Debbie Egan-Chin/NY Daily News via Getty Images

Susannah Mushatt Jones, personne la plus âgée du monde jusqu'en mai 2016 à 116 ans

Chaque jour pour le petit-déjeuner à Brooklyn, Mushatt Jones a mangé quatre morceaux de bacon (son plat préféré) avec des œufs et du gruau. «Je ne bois ni ne fume jamais, dit-elle, je m'entoure d'amour et d'énergie positive. C’est la clé d’une longue vie et du bonheur.

Adele Dunlap, Américaine la plus âgée, 113 ans (114 en décembre)

Dunlap, qui vit dans le New Jersey, a toujours mangé ce qu'elle voulait, appréciait le martini de temps en temps avec son mari, fumait et « n'est jamais sortie faire du jogging ou quelque chose comme ça », a déclaré son fils. États-Unis aujourd'hui. En ce moment, elle aime manger des flocons d'avoine et a insisté pour États-Unis aujourd'hui elle n'a que 104 ans, malgré ce que montrent les dossiers.

Misao Okawa à l'occasion de son 116e anniversaire en 2014 à Osaka, au Japon.

Buddhika Weerasinghe/Getty Images

Misao Okawa, personne la plus âgée jusqu'en 2015, 117

Au Japon, où il y a plus de 65 000 centenaires, Okawa a détenu le record de la personne la plus âgée du monde jusqu'à sa mort en 2015. Elle a dit Le gardien, « Vous devez apprendre à vous détendre » pour atteindre ces chiffres, mais aussi dormir suffisamment. Sa nourriture préférée était les sushis, en particulier le maquereau sur du riz vinaigré à la vapeur.

Dharam Pal Singh, probablement pas 119 mais toujours très vieux et coureur

Même s'il n'a pas 119 ans en tant que New York Times et les experts en vieillissement le soupçonnent, Singh est probablement encore très vieux et il court beaucoup, c'est pourquoi il est inclus ici. Il dit que sa longue vie est due au "lait de vache, au chutney aux herbes et aux fruits de saison qui ont mûri au soleil" et en évitant "le beurre, les aliments frits, le sucre, le tabac, l'alcool, même le thé et le café".

Täo Porchon-Lynch, Yogi de 98 ans

Porchon-Lynch a commencé à faire du yoga à l'âge de huit ans en Inde, parce que son oncle lui a dit que ce n'était pas féminin. Après une vie incroyable qui comprend la marche avec Gandhi, la danse pour les soldats et la comédie pour la MGM, elle a fondé l'American Wine Society avec son mari et ne boit que du thé et du vin. Pas d'eau. Elle ne porte également que des talons hauts car ils « élèvent sa conscience », ce qui est un exploit physique en soi.

Agnes Fenton, héros général, 111

Nous incluons Fenton ici parce qu'elle a fait l'actualité pour sa clé remarquable de la longévité : trois Miller High Lifes et une photo de Johnnie Walker Blue Label par jour, jusqu'à l'année dernière où elle a dû les abandonner sur ordre du médecin. Les aliments préférés des résidents du New Jersey comprennent les ailes de poulet, les haricots verts et les patates douces.

Jeanne Calment, 122 (!!), Personne la plus âgée du monde jusqu'en 1997, espérance de vie confirmée la plus longue

La nécrologie de Calment a déclaré qu'elle "mangeait plus de deux livres de chocolat par semaine et traitait sa peau avec de l'huile d'olive, faisait du vélo jusqu'à l'âge de 100 ans" et avait fumé presque toute sa vie, jusqu'à ce que son médecin lui fasse couper ça et elle Verre de Porto du dimanche à 120 ans. Les Français !


Le régime alimentaire réel d'un Iditarod Musher, qui mange quand ses chiens mangent

Deux semaines après avoir déménagé en Alaska en août 2014, Larry Daugherty, aujourd'hui âgé de 44 ans, a rencontré le célèbre musher d'Iditarod Jim Lanier lors d'une séance de dédicaces.

Comme Daugherty, Lanier a été formé à la clinique Mayo et a travaillé en médecine. Ils se sont entendus immédiatement. Daugherty considérait cela comme un destin – il avait toujours rêvé de venir en Alaska et d'y faire du traîneau à chiens. Lanier lui a dit de s'arrêter à son chenil un jour. Daugherty y est allé le lendemain et a continué à se montrer par la suite.

Près de six ans plus tard, le samedi 7 mars, Daugherty participera pour la quatrième fois à l'Iditarod Trail Sled Dog Race. L'événement présente les meilleurs mushers du monde en tandem avec leurs équipes de 14 chiens, et au cours de neuf à 12 jours, les concurrents parcourent près de 1 000 miles de terrain dangereux d'Anchorage à Nome (à peu près la même distance que Los Angeles à Portland). À ce jour, le meilleur résultat de Daugherty est de 10 jours, 18 heures, 29 minutes et 10 secondes. Cette fois-ci, Daugherty dirige une «équipe B» d'un plus grand chenil afin que ces chiens puissent acquérir une certaine expérience de la course. Ils sont plus jeunes, mais l'espoir est que l'année prochaine, ils feront partie de l'équipe universitaire pour un champion Iditarod.

L'Iditarod n'est que l'échauffement de Daugherty. Trois semaines après la course, il prévoit de gravir le mont Everest. Il n'est pas un grimpeur débutant, ayant atteint des sommets partout dans le monde, notamment Denali, Elbrus, Aconcagua, Kilimandjaro, Alpamayo et Lobuche. Mais c'est la deuxième fois qu'il essaie ce qu'il a surnommé le « Iditarest », ce qui signifie ce que vous pensez que cela signifie. Sa première tentative en 2017 ne s'est pas déroulée comme prévu au cours de la seconde moitié - il a été renversé par des conditions météorologiques dangereuses à une heure du sommet.

Dans une interview avec GQ, Daugherty explique ce qui le pousse à soumettre son corps à deux épreuves physiquement exigeantes consécutives, et comment il s'entraîne pour des exploits sportifs très différents.

GQ : Vous aurez moins d'un mois entre l'Iditarod et l'Everest. Quelle est votre stratégie pour vous préparer aux deux ?

Larry Daugherty : Une partie de ce qui fait de l'Iditarest un tel défi est que l'Iditarod est à peu près la dernière chose qu'un grimpeur voudrait faire subir à son corps juste avant une ascension de 8 000 mètres. Mon objectif principal dans la formation a été de me mettre dans la meilleure forme de ma vie. Le bilan sur mon corps est sévère avec une course de traîneaux à chiens de 1 000 milles. Mais je ne courrai pas une course aussi punitive que les mushers d'élite. À la fois dans l'intérêt des chiens et dans celui de moi-même, j'ai l'intention de faire une course conservatrice – mon objectif est de terminer. Il y a certainement un risque dans l'Iditarod de blessure ou d'autres dommages à mon corps qui auraient un impact sur mon ascension de l'Everest.

Quelle est votre routine fitness en ce moment ?

Une routine d'entraînement typique pour moi est de deux heures de cardio par jour et une heure supplémentaire de musculation ou de base. Je passe beaucoup de temps à l'Alaska Rock Gym. Ils ont tout ce dont j'ai besoin, du StairMaster au tapis roulant en passant par les poids. Ensuite, je me récompense après mes entraînements avec de l'escalade - c'est mon plaisir pour terminer mon entraînement. Courir sur tapis roulant face aux montées est pour moi une motivation. Je fais aussi régulièrement des randonnées en montagne près de chez moi.

Que faites-vous pour la musculation ?

Principalement les jambes et le noyau. Des tonnes de squats et de crunchs, que je fais tous les jours. Je fais aussi le haut du corps quelques fois par semaine. J'essaie de faire constamment des micro-entraînements. Au travail, chaque fois que je vois un patient, je vais ensuite dans mon bureau faire quelques boucles avant de voir le prochain patient. J'ai également installé une barre de traction dans la clinique, donc chaque fois que je passe devant, je fais des tractions.

Une chose que je sais à propos des expéditions, c'est que la nourriture n'est pas exactement gastronomique. Qu'emportez-vous pour manger pour vous alimenter?

Sur la montagne, il y a beaucoup de viande et de riz, dont certains sont achetés dans les salons de thé sur le chemin du camp de base, et d'autres que notre cuisinier d'expédition prépare. J'apporte plein de collations de chez moi. Principalement des choses qui vous donnent de l'énergie. Je suis un grand fan de beurre de cacahuète et de barres Snickers. Lorsque l'altitude commence à me frapper, je constate que je ne peux pas m'étouffer avec une barre Clif ou une barre protéinée, c'est donc généralement des choses plus douces que j'absorbe.

Je suppose que cela diffère de votre alimentation à la maison. Vous ne mangez probablement pas de Snickers tous les jours ?

Ouais, c'est sûr. Je m'entraîne depuis un an, alors j'ai vraiment beaucoup essayé de nettoyer mon alimentation. Je mange très peu de sucre. Principalement des légumes, des viandes maigres et des boissons protéinées.

Lorsque vous faites du mushing, vous êtes responsable de vous nourrir et de nourrir les 14 chiens. Comment jongler avec ça ? J'ai entendu dire que les chiens ont besoin d'environ 10 000 calories par jour lorsqu'ils courent.

Sur le sentier de l'Iditarod, je mange quand les chiens mangent. Les chiens mangent principalement du bœuf et du poisson. C'est aussi ainsi que les chiens obtiennent une grande partie de leur teneur en eau, car la protéine est congelée, et nous leur fabriquons essentiellement un goulasch en chauffant la neige jusqu'à ce qu'elle fonde et bouillie. Je cuisine leur nourriture là-dedans. Ils mangent généralement quatre fois par jour. À ce stade, il est plus facile pour moi de réchauffer des repas sous vide pour moi-même. Des choses comme la tarte au berger, les pâtes et la soupe. Je me concentre davantage sur la nutrition des chiens sur la piste.

Quel est le plus grand défi associé à la course à pied dans l'Iditarod ?

Privation de sommeil. C'est vraiment la partie la plus difficile. Je m'arrête généralement pendant six heures à un poste de contrôle, ce qui est considéré comme une grande quantité de repos que les mushers d'élite prendront entre deux et quatre heures à un poste de contrôle. Au moins deux heures de ce temps sont consacrées à prendre soin des chiens et à faire fondre la neige pour obtenir de l'eau. Prendre soin de chaque patte. Frotter les muscles endoloris. Juste vraiment obsédé par la santé des chiens afin qu'ils puissent vous faire traverser cette aventure de mille milles. Vous ne dormez pas beaucoup. Vous ne pouvez pas non plus prévoir les tempêtes qui vont frapper et comment cela pourrait affecter votre plan de course.

Comment revenez-vous à des événements de cette ampleur ? Une frénésie Netflix ? Un semi-marathon ?

Je dormirai 12 heures par jour pendant deux ou trois jours après l'Iditarod. J'ai l'impression de ne pas pouvoir dormir suffisamment et de ne pas avoir assez de nourriture. Je perds habituellement de cinq à 10 livres sur la piste. Et étant père de cinq enfants qui est parti pour cet événement, "descendre" signifie généralement se reconnecter et passer du temps significatif avec ma famille.

Quelle est la suite après l'Iditarest ?

J'emmène ma fille et ses amis sur le mont Rainier cet été. Puis en juin 2021, mon fils veut gravir Denali pour son voyage senior, et nous nous entraînons pour le faire ensemble. Je l'ai déjà grimpé une fois auparavant. Après cela, j'ai encore quelques-uns des Sept Sommets à faire. Du point de vue de l'aventure, ce sont mes grands objectifs en ce moment.

Cette interview a été éditée et condensée pour plus de clarté.

Real-Life Diet est une série dans laquelle GQ parle aux athlètes, aux célébrités et à toutes les personnes intermédiaires de leur régime alimentaire et de leurs programmes d'exercices : ce qui a fonctionné, ce qui n'a pas fonctionné et où ils s'améliorent encore. Gardez à l'esprit que ce qui fonctionne pour eux n'est pas nécessairement sain pour vous.


Que mangent-ils sur l'Everest ? - Recettes

Par Catherine Klene // 16 juillet 2019

Une rencontre fortuite avec un touriste américain à Katmandou, au Népal, a changé à jamais la vie de Devi Gurung States, 16 ans. Cet homme est devenu son père adoptif et l'a emmené aux États-Unis, où les États ont poursuivi ses études sans relâche, obtenant un doctorat et deux (bientôt trois) maîtrises.

States a combiné son expérience en médecine et en politique de santé publique avec sa passion pour la nourriture au Everest Café au 4145 Manchester Ave., à The Grove. Là, il se concentre non seulement sur l'alimentation de ses clients, mais aussi sur le soin de leur santé physique. Everest propose des examens médicaux gratuits à Saint-Louis tous les dimanches, et les revenus du restaurant aident à soutenir le projet népalais à but non lucratif Himalayan Family Healthcare Project.

Voici comment States est passé d'un adolescent sans-abri à un médecin et restaurateur philanthrope.

« Mon rêve était de posséder un restaurant. Quand j'avais 15 ans, mes deux parents sont décédés. &hellip Je ne savais pas quoi faire, alors j'ai quitté mon village et j'ai déménagé à Katmandou &hellip je ne connaissais personne, et j'étais trop jeune pour trouver un travail, alors je suis devenu sans abri. J'ai [passé] tous les jours à ramasser des poubelles, à frapper aux portes. &hellip Au bout d'un an et demi, j'ai trouvé un restaurant &hellip j'ai demandé [au propriétaire] : « Je veux travailler pour n'importe quoi. J'ai faim. Je n'ai pas mangé depuis longtemps. » Alors ils m'ont donné un travail pour laver la vaisselle et les tables de bus. C'est là que j'ai dit que j'avais mes deux rêves : un rêve est de posséder mon restaurant. Le deuxième rêve est que je veux faire quelque chose pour aider les enfants qui sont pauvres et qui ont souffert comme moi.

« Quand je travaillais au restaurant, J'ai rencontré mon père américain, le Dr States & hellip Il m'a dit qu'il était médecin, qu'il était allé à la faculté de médecine pour aider les gens, pas pour être riche, et qu'il voulait m'aider et m'emmener aux États-Unis & hellip Après avoir terminé mes études de premier cycle, J'ai demandé à mon père : 'Tu m'as amené en Amérique. Que puis-je faire pour vous rembourser ?’ Il a dit d’aider les gens.

« Parfois, des clients viennent ici, et savez-vous ce qu'ils me demandent ? Ils demandent : « Est-ce bon ? » Je dis : « Eh bien, je respecte ce que vous dites, mais votre première question devrait être : est-ce sain ? Ensuite, la deuxième question devrait être : est-ce bon ? » Je veux que vous recadriez votre esprit. Mon objectif est de le rendre sain, puis savoureux.

« Il y a trois ans, un client est venu [pour un examen médical gratuit]. Son taux de sucre dans le sang était supérieur à 300 et j'ai dit : « Vous devez consulter un médecin immédiatement pour obtenir des médicaments. » Sa femme m'a appelé en pleurant au téléphone pour me remercier beaucoup. &hellip Maintenant, presque cinq fois par semaine, il vient manger. Sa glycémie est sous contrôle, normal.

« Au Népal, nous avons déjà construit deux écoles et une clinique médicale. Médecins, infirmières et médicaments que nous fournissons à 100% et bonjour cet argent provient de l'Everest Café. Une fois par an, au Festival des Nations, tous les restaurants font beaucoup d'argent. Pour nous, tout – 100 % – va à notre [Himalayan Family Healthcare Project]. »

«Pour moi, pour être fort l'esprit, je dois prendre soin de mon corps. &hellip je dois courir. Je vais courir de 8 à 10 miles tous les deux jours. C'est marrant."

« J'aime me mettre au défi de voir ce que je peux faire. Je pense que ma motivation est venue de l'époque où j'étais sans-abri. Je n'avais rien. Maintenant, j'ai toute cette opportunité. Je veux l'utiliser."

Catherine Klene est rédactrice en chef, numérique chez Sauce Magazine.

Note de l'éditeur : La version imprimée originale de cet article dans le numéro de juillet 2019 indique que les États ont un MD. La version en ligne a été mise à jour pour corriger cette information.


Contenu

En mai 1996, plusieurs expéditions commerciales au camp de base du mont Everest se préparent à gravir le sommet. Rob Hall, qui a popularisé les missions commerciales de l'Everest, dirige les consultants en aventure. Scott Fischer est le guide en chef de son rival, Mountain Madness. Les clients de Rob incluent Beck Weathers, un grimpeur expérimenté Doug Hansen, un ancien facteur à la poursuite de son vétéran de l'escalade de rêve Yasuko Namba, qui espère terminer sa dernière ascension des Sept Sommets et À l'extérieur journaliste de magazine Jon Krakauer. Helen Wilton gère le camp de base de Rob. Un mois plus tôt en Nouvelle-Zélande, Rob dit au revoir à sa femme enceinte, Jan, et promet qu'il sera à la maison pour l'accouchement. Au camp de base, Rob reçoit un fax d'elle, l'informant que leur bébé à naître est une fille. Il veut l'appeler Sarah, mais Jan n'est pas d'accord.

Inquiet de la surpopulation des grimpeurs, Rob persuade Scott de coopérer pour réduire les retards. Lors de la tentative du sommet, le groupe de Rob part du Camp IV avant l'aube, prévoyant de terminer l'ascension et de commencer à descendre à 14h00, la dernière heure de sécurité pour assurer le retour avant la tombée de la nuit. Le groupe est retardé de plus d'une heure après avoir découvert que les cordes de guidage ne sont pas installées sur les parties supérieures de la montée. Beck a des problèmes de vue et s'arrête. Rob lui dit de retourner au camp de base si son état ne s'améliore pas dans une demi-heure. Scott se précipite au camp pour aider un autre grimpeur, mais envisage de remonter, et Rob le met en garde contre le surmenage.

Rob atteint le sommet à temps et est rejoint par d'autres grimpeurs, dont Yasuko, qui plante avec jubilation son drapeau japonais. En descendant, Rob rencontre Doug qui lutte pour monter juste au-dessus de la marche Hillary et lui ordonne de descendre. Doug insiste pour continuer, disant qu'il n'aura plus l'occasion. Rob accepte à contrecœur et ils atteignent le sommet deux heures plus tard, bien après l'heure de retour sûre. Doug est épuisé et souffre du mal de l'altitude. Avec eux se trouve Scott, épuisé et malade d'un œdème pulmonaire de haute altitude. Alors que Rob aide Doug à descendre, une tempête de neige frappe alors que le réservoir d'oxygène de Doug est vide, le faisant souffrir d'hypoxie. Aucune bouteille supplémentaire n'est stockée sur la route comme Rob l'a demandé et il a demandé par radio à Helen d'envoyer plus d'oxygène. Doug, brièvement laissé par Rob, se détache semi-consciemment de la corde de guidage et marche en chancelant le long du chemin étroit, puis bascule silencieusement jusqu'à sa mort.

L'état de Scott s'aggrave. Il dit à ses camarades grimpeurs de continuer à descendre sans lui. Il se couche et meurt plus tard. Les alpinistes descendants atteignent Beck, dont la vision reste altérée, mais ils se perdent tous lorsque le blizzard efface le sentier. Trois alpinistes vont chercher de l'aide, laissant Beck et Yasuko. Le guide Andy 'Harold' Harris atteint Rob avec de l'oxygène de rechange, mais l'ouverture de la bouteille est gelée. Ils se serrent les coudes dans la tempête. Pendant que Rob dort, Andy commence à avoir des hallucinations. Il enlève ensuite ses vêtements de dessus et glisse vers sa mort. Dans la matinée, Rob informe Helen par radio que Doug et Andy sont partis et que ses extrémités sont gelées. Helen appelle Jan, espérant que Rob répondra à sa voix. Jan dit à Rob qu'il doit commencer à bouger. Rob lui dit qu'il a froid mais qu'il est à l'aise, et lui demande de nommer leur bébé Sarah, mourant peu de temps après.

Les grimpeurs de retour disent au camp que Beck et Yasuko sont bloqués. Le temps, cependant, rend un sauvetage impossible. Helen appelle la femme de Beck, Peach, et l'informe de la situation. Au matin, Beck se réveille miraculeusement, voit que Yasuko est mort et tombe seul au camp, gravement gelé et ayant besoin d'une aide médicale. Peach appelle l'ambassade américaine et organise un sauvetage en hélicoptère. Le lieutenant-colonel Madan Khatri Chhetri, pilote de l'armée népalaise, effectue une mission à haute altitude pour emmener Beck à l'hôpital. Pendant ce temps, l'un des guides de Scott, Anatoli, retrouve son corps et le déplace hors de la piste. De retour à la maison, Helen a des retrouvailles émouvantes avec Jan, qui plus tard accouche avec succès et nomme sa fille Sarah. Beck retourne dans sa famille, lourdement bandé. Les titres de clôture révèlent qu'il a finalement perdu les mains et le nez à cause d'engelures, et que le corps de Rob reste sur l'Everest.

    comme Rob Hall, un chef de groupe d'expédition néo-zélandais. [4] comme Scott Fischer, un chef de groupe d'expédition américain. [4] comme Beck Weathers, un médecin américain et alpiniste amateur. [4] comme Doug Hansen, facteur et alpiniste amateur. [4] comme Peach Weathers, la femme de Beck. [5] comme Helen Wilton, la responsable du camp de base. [6] comme Jon Krakauer, journaliste et alpiniste amateur. [6] comme Jan Arnold, la femme enceinte de Hall. comme Guy Cotter, un guide professionnel. [5] comme Andy "Harold" Harris, un guide professionnel. [6] comme le Dr Caroline Mackenzie, le médecin du camp de base comme Anatoli Boukreev, un professionnel avec l'équipe de Scott. comme Michael Groom, un alpiniste australien. [6] comme Lou Kasischke, un alpiniste de l'équipe de Hall. comme Yasuko Namba, un alpiniste amateur expérimenté. comme Ed Viesturs[7] comme Sandy Hill comme Neal Beidleman, un guide professionnel de l'équipe de Fischer.
  • Charlotte Bøving dans le rôle de Lene Gammelgaard, une grimpeuse danoise à succès dans le groupe de Fischer. comme David Breashears, réalisateur de documentaires et alpiniste. [8] comme Klev Schoening, un alpiniste de l'équipe de Fischer.
  • Chike Chan en tant que Makalu Gau, le chef de l'expédition taïwanaise en tant que lieutenant-colonel Madan Khatri Chhetri, un pilote d'hélicoptère de l'armée népalaise. comme Meg Weathers, la fille de Beck.
  • Pemba Sherpa en tant que Lopsang, alpiniste expérimenté.

Développement Modifier

Baltasar Kormákur a réalisé le film, sur l'expédition désastreuse de 1996 pour escalader le mont Everest, qui a été scénarisée par Simon Beaufoy et Mark Medoff, [9] avec les premières adaptations de scénario réalisées par Justin Isbell et William Nicholson. Le film a été produit par Working Title Films. [10] Universal Pictures a distribué le film aux États-Unis. [11] Le film a été produit par Tim Bevan et Eric Fellner et a commencé à tourner en novembre 2013. [12] En septembre 2013, Emmett/Furla/Oasis Films devait cofinancer le film, [13] mais en octobre, ils sont sortis en tant que co-financiers. [14]

Après que la date de début de production du 6 novembre 2013 soit passée, [15] Cross Creek Pictures et Walden Media ont rejoint la production le 12 novembre 2013 et ont financé le film avec 65 millions de dollars. [16] Le film a commencé la production le 13 janvier 2014, dans les Alpes de l'Ötztal en Italie, après quoi la production s'est déplacée au Népal et en Islande. [16] [17] Le 11 décembre 2013, Le journaliste hollywoodien a annoncé que le conseil régional du film du Tyrol du Sud avait ajouté 1 million de dollars au financement du film. [18]

In February 2013, Christian Bale was in talks to join the cast of the disaster film to play Rob Hall, the leader of a New Zealand group who ran Adventure Consultants. [11] On 17 July, Jake Gyllenhaal, Josh Brolin, Jason Clarke and John Hawkes were cast as leads in the film. Bale dropped out around this time. [12] Gyllenhaal played Scott Fischer, the leader of the Mountain Madness expedition Brolin played Beck Weathers, a doctor Clarke took the role of Rob Hall, also an expedition leader and Hawkes played Doug Hansen, one of Rob Hall's clients, who encounters difficulties on the descent from the summit of Everest. [4]

On 4 February 2014, Clive Standen also joined the cast, while shooting was underway. [7] On 7 February 2014, more cast was added to the film, including Martin Henderson, Emily Watson, Thomas M. Wright, and Michael Kelly. Watson played a motherly base camp figure who works closely with Rob Hall, and Kelly played Dans l'air mince author Jon Krakauer. [6] On 17 February, actor Micah Hauptman was added to the cast in the role of filmmaker and mountaineer David Breashears, who directed the 1998 IMAX documentary film Everest. [8] On 24 March 2014, Sam Worthington and Robin Wright joined the cast. Worthington played Guy Cotter and Wright played Beck Weathers' wife, Peach. [5]

Filming Edit

In November 2013, the film was set for a 13 January 2014 production start date in Italy. Co-financier Brian Oliver told Variété they would shoot in Ötztal Alps in Italy for six weeks, a month in Iceland, and then move to Nepal for another month's shoot. [17] In early January 2014, actors Gyllenhaal and Brolin were practicing for climbing mountains in the Santa Monica Mountains, to train for their roles. [20]

The 44-member crew arrived on 12 January 2014 in Nepal and stayed in Kathmandu. They had permission to film from 9 to 23 January. [21] [22] Later filming on Everest commenced on 13 January 2014. [23] On 14 January, Brolin and Hawkes filmed shots [24] at local terminal of Tribhuvan International Airport, and then they were to be filming at Lukla Airport on 15 January, then to Namche Bazaar, and later at the Everest Base Camp, news confirmed. [21] After shooting completed in Nepal, the crews were to move to Italy (Schnalstal and Rome), [25] and then in early March to the United Kingdom, to film at Pinewood Studios. [23]

English actor Clive Standen has said that filming on location in freezing temperatures has been "tough but fun". [26] On 24 March 2014 the shooting was said to be taking place at the Everest Base Camp in Nepal. [5] Base camp exteriors were filmed on the backlot at Cinecitta Studios in Rome, where bright sunlight could be achieved to resemble the lighting at base camp. [19]

On 18 April 2014, while the second unit crew was shooting remaining scenes of the film at Camp II on Everest, an avalanche struck, killing 16 Sherpa guides. The Sherpas were carrying equipment and supplies to camps for climbers in advance of the start of the summer climbing season. [27] [28] Date limite reported there were no injuries or fatalities affecting the film crew. The production was not present where the disaster took place, but they were nearby. Filming at Pinewood Studios in England was just about to finish up, but the second unit was shooting at the camp which then had to halt the production for some time. [29] Hillary Step, camp 4, icefall and the summit were built on the 007 stage at Pinewood Studios with greenscreen for CG backgrounds. Totino said, "It was very challenging because we had to re-create the sun, which at Everest is so incredibly sharp and crisp." The team used SoftSun lights for creating sun on the summit, Hillary Step and icefall. "They were 9 feet long and 3 ½ feet in diameter and 100,000 watts. They had to be moved around on cranes because they are very heavy," Totino said. [19] To photograph one scene during which expedition guide Rob Hall (Jason Clarke) is stuck on the mountain in the storm, Totino recalled: "We tented off a portion of the set with some very heavy plastic and brought in these giant refrigerating units, half the size of a semi truck, and we cooled that part of the stage down to about 26 to 28 degrees Fahrenheit [around -3°C] and brought in real snow. Baltasar really wanted the actor to feel like he was frozen. You really see and feel that." [19] The film was shot with Arri Alexa XT cameras, using the Arriraw format. [19]

Music Edit

Dario Marianelli composed the music for the film. [30] The film uses the song "Yeh ladka hai Allah" [31] from the Bollywood film Kabhi Khushi Kabhie Gham (2001), when the climbing party first arrives in Nepal. The song plays in the bus when it passes through a busy Nepali bazaar. Another song in the film is "All I Wanna Do", performed by Sheryl Crow, which is accurate to the timing of the film's events, in 1996. The song "Weather with You" by Crowded House also features in the film. The soundtrack was released on 18 September 2015 by Varèse Sarabande.

Universal Pictures had originally slated the film for a 27 February 2015 release date in the United States and Canada. [3] However, the film was released on 18 September 2015 exclusively in IMAX 3D, followed by a wide theatrical release on 25 September 2015. [32] In the United States and Canada, it was released in Dolby Vision format in Dolby Cinema, the first ever for Universal Pictures. [33] It was screened at the 2015 CineEurope on 23 June 2015 at the Centre Convencions Internacional Barcelona in full 3D Dolby Atmos. [34] [35] The film's world premiere took place on 2 September 2015 at the 72nd Venice International Film Festival in the Sala Grande, at the city's Palazzo del Cinema in Venice. [36] [37]

Marketing Edit

On 12 February 2014, the first photo from the set of the film was revealed, featuring Clarke. [38] On 4 June 2015, the first trailer for the film was released online, with an appeal for relief for the April 2015 Nepal earthquake through Oxfam America in the coda.

Home media Edit

DVD, Blu-ray and Blu-ray 3D versions were released on 19 January 2016. On 27 September 2016, Universal Studios Home Entertainment released a 4K Ultra HD Blu-ray Disc edition of the film. [39]

Box office Edit

Everest grossed $43.4 million in North America and $159.9 million in other territories, for a worldwide total of $203.4 million, against a budget of $55 million. [2] Everest had the biggest September worldwide IMAX opening with $7.2 million, breaking the record previously held by Resident Evil: Retribution ($6 million). [40]

Prior to its wide theatrical opening in the United States and Canada on 25 September, the film received a limited release in IMAX 3D and other premium large format screens across 545 theaters on 18 September in order to build good word of mouth. [32] It made $325,000 from 481 IMAX screens and premium large-format screens from late night showings, which began at 7 pm, [41] [42] and an estimated $2.3 million on its opening day. [43] It finished off the weekend at number five with $7.6 million from 368 IMAX and 177 premium large-format theaters. [44] [45] IMAX comprised 78% ($5.8 million) of the opening weekend gross while premium large formats contributed 22% ($1.7 million). [45] This broke the record for the biggest IMAX September debut (breaking L'égaliseur ' s $3.1 million record in 2014). [46] Everest is the first major film since Mission : Impossible – Protocole fantôme (2011) to receive IMAX only release for more than two days (La promenade became the next when it replaced Everest on 30 September 2015). [45]

Everest expanded into a total of 3,006 theaters on Friday after a limited 3D, IMAX and other premium large formats engagement. It earned $4 million on its wide opening day on Friday. [47] During its wide opening weekend it earned $13.09 million from 3,006 theaters of which $3.7 million came from 366 IMAX screens raising its total North America IMAX revenue to $11.5 million—the first ever September IMAX release to reach past $10 million. [48] The largest demographic of the opening weekend audience was male (51%) and under the age of 35 (45%). [48]

Everest was released in a total of 65 countries. [49] In its opening weekend, it grossed $28.8 million from 5,154 screens from 36 markets opening at No. 1 in 12 countries. [40] IMAX comprised $3 million of the opening gross. [40] In its second weekend, it expanded to 22 more markets earning $33.9 million from 62 markets—topping the box office. [50] Russia and the CIS posted the highest opening with $5.2 million followed by the United Kingdom, Ireland and Malta ($4.9 million), Mexico ($4.4 million), Germany ($2.9 million) and Australia ($2.4 million). [40] [50] In terms of total earnings, the United Kingdom ($16 million) and Germany ($9.3 million) are the largest markets. It became the 8th Universal Pictures film of 2015 to cross the £10 million mark in the United Kingdom. The only other studios ever to achieve the feat are 20th Century Fox in 2014 and Paramount Pictures in 2011. [51] [52] It opened in China on 3 November and Japan on 6 November [51] and grossed $11.3 million and $1.4 million respectively debuting both at No. 4 at the box office. [53] In China notably, despite having the advantage of securing all the IMAX screens, it had to face serious competition with Hollywood counterparts such as Maze Runner: The Scorch Trials, Le film des cacahuètes and four new local movies that all opened that same week. [53] It grossed a total of $16 million in China and $5.1 million in Japan. [54]

Critical response Edit

On Rotten Tomatoes, the film holds a rating of 73%, based on 225 reviews, with an average rating of 6.7/10. Le consensus du site se lit comme suit : "Everest boasts all the dizzying cinematography a person could hope to get out of a movie about mountain climbers, even if it's content to tread less challenging narrative terrain." [55] On Metacritic the film has a score of 64 out of 100, based on 39 critics, indicating "generally favorable reviews". [56]

Jon Krakauer, author of Dans l'air mince, denounced the movie, stating some of its details were fabricated and defamatory. He also expressed regret regarding Sony's rapid acquisition of the rights to the book. Director Baltasar Kormákur responded, claiming Krakauer's first-person account was not used as source material for the film and alleging that Krakauer's version conflicted with actual events. [57] [58]


8. Monaco – European Rabbit

Despite the fact Monaco isn't a REAL country – it's a principality – they still have an emblem. Monaco actually has Trois national animals – the rabbit, the hedgehog and the wood mouse. Why these were chosen as national animals remains a mystery. Out of these emblem options, they only eat the rabbit. As a delicacy, rabbit is on the rise and in mainland Europe they've been eating it for centuries. Like many game meats, rabbit is tough, so the best way to serve it is braised and tenderised.

Interested in the recipes above but lack the culinary skills to do the emblems justice? You may find a good restaurant deal with a few of these dishes on the menu.

Have you eaten any of these traditional foods? Let us know how you liked them!